« Une poésie n’est-elle pas le seul endroit au monde où deux âmes étrangères peuvent se croiser intimement. » James Px.
Je vous souhaite la bienvenue sur mon site de poésies
Si la musique vous perturbe, vous pouvez utiliser le curseur pour baisser le son ou le couper !

Alexandre Desplat - The wonder of life

Vous trouverez sur ce site tous mes écrits « poétiques » :
- Des poèmes d'amours, loufoques, tristes, érotiques, engagés, d'amitiés et autres... Avec des commentaires de visiteurs, de poètes d'ici ou d'ailleurs.
- Des citations personnelles.

- Des lettres ouvertes.

- Des bas et des hauts.

Tous les écrits et dessins sont de ma plume à l'exception de certains textes ou dessins notifiés.
Cependant je peux oublier certains détails car je ne suis qu'un amateur des mots et de l'image...
Pour simplifier la navigation sur le site vous pouvez utiliser les onglets ci-dessus en choisissant vos thèmes favoris ! Cependant mes textes n'y sont pas tous répertoriés.
Pour mes prises de positions sur le monde qui nous entoure mes articles sont dans l'onglet « mon univers ». Vous trouvez aussi mes autres passions, la peinture, le dessin, le jardin et la photo. (Nota onglets fermés au public pour cause de tempête régénératrice)
Je vous invite à devenir membre public ou privé du site (Voir la rubrique concernée) pour suivre mes divers périples, pour échanger à travers vos commentaires et mes réponses le temps qui passe...

Si vous ne deviez écouter qu'un texte d'Amour de James Px.

Si vous ne deviez écouter qu'un texte d'Amour de James Px.
Cliquez sur la libellule pour écouter ce poème voix d'Élyse

Si vous ne deviez lire qu'un seul texte Satirique de James Px.

Si vous ne deviez lire qu'un seul texte Satirique de James Px.
Cliquez sur la libellule et la satire viendra à vous

Rechercher dans ce blog un texte

Chargement...

Copyright numéro 00048772-1

Copyright numéro 00048772-1
Vous êtes sur un site où le contenu est protégé. Les illustrations et les dessins originaux des poèmes se trouvent sur mes autres blogs

lundi

La part de l'autre

Sur la colline solitaire
Pourquoi
Parce que tu existes
Et que je te cherche

Toi
L'inutile beauté
Sous la nuit sans étoiles
Amour pur

mardi

Psyché

Il y a des jours
Où je crois que je vais disparaître
D'une surdose d'autofiction
Dans l'odeur du tain d'un miroir 
D'écume et de sel  
Me conserver là 
Avec les esprits
Ne convient-il pas 
D'arrêter de ne faire qu'un
Pour être deux

À force d'essayer la distinction
Pour ne pas être distant
Je me suis évidé
Jusqu'à m'effondrer
Comme une larme au bord d'un regard
Sur la musique d'un sol orphelin
Où la mélodie d'amour a fui
Où la passion s'est consumée
Je me suis interné à la poésie
Distillant des milliers de morceaux de vers 
Dont personne n’en fera usage
Pour étancher sa soif

Qui n'a pas peur de mourir
Au crépuscule d'une lecture
Lui soulignant qu'il l’est déjà

Demain je prendrai une pelle
J'irai sous les lauriers roses
Et j'enterrerai mes faiblesses
Je ne serai pas le dernier
Pour ne plus être seul
Il faut être deux



jeudi

Neutre

Quand cessera la neurasthénie 
L'imprévisible missive des cieux
Tous ces nuages de larmes
Qui abreuvent encore la beauté
De ce lieu géométrique

Peindre ou faire l'amour
La couleur s’est délavée
Le mauvais temps me l’a coulée dans l’océan
Je survis ce soir sur l’émergence des mots
La poésie

J’aliène mes peines
Sur les foliations matinales
Qui parachèvent le jardin d’hiver
Et musent mes folies douces
Sous un linceul de neige


 

lundi

Émoi

Focalisé à l'idée du combat
Je lutte encore 
Dans l'épée des mots sauvages
Les ténèbres de la mélancolie
Au ravin d'un ventre timide
De la méfiance et de la peur
J'en suis la lueur incarnée 
Elle m'entoure l'intelligence
M'affecte me soumet
Et contribue à mon air retiré 

Légitime qui me suit 
Séraphine ou thaumaturge
Purgée de toutes leçons
Accourt éradiquer l'absence de confiance
Implantée en mes entrailles
Voir le jour s'avancer
Et tuer l'aruspice 
L'infusion complexe
De la réalité vénéneuse 
Qui intoxique le monde

samedi

Façade nue

Au fond de teint terre de sienne
Parfumée d’une petite robe noire
L’humeur morose
Tes fissures désenchantées
Pelliculées d’une gelée bleue persistante
Se recroquevillent
Et tu t’affaisses
Sous-estimant tes fondations

Ton plus grand malheur
Ta résistance incarnée
Aux giboulées célestes
À la caresse d’un flocon de neige
Où ton ciment se laisse attendrir
Et ta pierre angulaire souffrir

Nombreux pourtant
Sont les chariots de neige
Aux protéines amoureuses
Qui t’assiègent et te traversent
Mais aucuns s'agrippent à tes cernes mauves
Ni même à tes fenêtres toujours entrouvertes

Tes pierres sont autistes
Se suivent et se cachent
Se doublent et se croisent
Et l'amour s’échappe

Prisonnière au visage diaphane
Marqué par une légère couperose
Tes vieux fantômes anxieux et possessifs
Rejoindront par le ciel ta chevelure d’ange
Au-delà de la Saint-Valentin
Ton fond de teint te sauvera encore
Et tu rêveras alors aux chariots de fleurs

Mes textes les plus consultés ces 30 derniers jours !

A comme Amour Recueil 1

A comme Amour Recueil 2

A comme Amour Recueil 3

A comme Amour Recueil 4

A comme Amour Recueil 5

A comme Amour Recueil 6

A comme Amour recueil 7

A comme Amour recueil 8

Copyright numéro 00051199-1

Copyright numéro 00051199-1
Copyright numéro 00051199-1 « A comme Amour Recueil 1-2-3-4-5-6-7-8»